Conseiller d'Etat en charge du Département de la Santé et des Affaires sociales (DSAS), 2005 - 2009.


Au niveau de son effectif de personnel, le Département compte 160 collaborateurs, sur un total de 2200 collaborateurs de l'administration cantonale (sans le corps enseignant).

Il comprend, outre un secrétariat général, 5 services :


     •     Le service de l'assurance maladie

     •     Le service des mineurs et tutelles

     •     Le service de la santé publique

     •     Le service de l'action sociale

     •     Le service des établissements spécialisés



Par ailleurs, le DSAS chapeaute des dizaines d’institutions parapubliques subventionnées qui emploient un effectif très important, soit environ :


     5500 collaborateurs dans le domaine de la santé

     (soumis à la convention collective de travail CCT Santé 21)


     1300 collaborateurs dans le domaine des institutions spécialisées

     (personnel socio-éducatif soumis à la convention collective CCT ES)


Le DSAS gère près de 30% du budget de l'Etat

L'impact financier du Département est important. Au budget 2009, le total des charges brutes s'élève à 536 millions (après les subventions ou contributions, les charges nettes se montent à 452 mios) pour un budget total de charges de l'Etat de 1893 mios (DSAS gère donc 28% du budget de l'Etat).


C'est dire l'importance du Département sur le plan financier et son impact en termes de prestations publiques.


Les prestations issues du Département touchent de façon directe les personnes dans différentes étapes et circonstances de la vie extrêmement importantes comme la naissance, l’accès au système de santé ou encore l’aide en situation de précarité.


Il est dès lors important que la fibre humaine dicte quotidiennement la conduite du département, sans perdre pour autant la nécessaire rigueur dans la gestion et l'allocation de ressources.


Vu les enjeux de société, l'évolution des besoins, les contraintes budgétaires et les modifications législatives, il est essentiel qu'une vision stratégique et anticipative conditionne les activités du Département. Cette vision et la concrétisation des objectifs et mesures sectoriels doit se faire, à mes yeux, avec réalisme et pragmatisme.

Au château 2005-2009